Grève mondiale des lycéens pour le climat

Vendredi 15 mars

L’expression « développement durable » est apparue pour la première fois en 1987 dans le rapport Brundtland réalisé par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’Organisation des Nations unies, «le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». 

Les générations futures :  elles sont là maintenant !

https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/climat-les-lyceens-se-mobilisent_3235037.html

Avec le décalage horaire, ce sont les lycéens de Nouvelle-Calédonie qui ont lancé cette journée pour le climat. Il y a eu un défilé bruyant à Nouméa, qui s’est terminé jusqu’au siège du gouvernement. Le débat était prévu à l’avance, et les revendications sont concrètes. « J’espère vraiment que le débat qui a eu lieu aujourd’hui ne va pas finir aux oubliettes, que le gouvernement va en tenir compte. C’est vraiment quelque chose qui me tient à cœur », explique un militant.

Blocages et déchets

L’ambiance était bien plus fraîche à Paris, vendredi 15 mars. Des étudiants et lycéens s’étaient donné rendez-vous à la défense, où ils ont bloqué l’accès au siège de la Société Générale, à l’heure de pointe. « On est ce matin dans la Société Générale pour dénoncer ses investissements dans les énergies fossiles et polluantes », explique une lycéenne. La journée d’actions prend diverses formes, comme à Bédarieux (Hérault) où des groupes avaient organisé une journée de ramassage des déchets.

La prime d’activité

https://www.europe1.fr/societe/prime-dactivite-quelles-sont-les-demarches-pour-en-beneficier-3851690

La prime d’activité revalorisée et élargie entre en scène. Les premiers versements de cette mesure, annoncée en décembre par Emmanuel Macron pour répondre à la crise des « gilets jaunes », doivent être effectués aux bénéficiaires à partir du mardi 5 février. Au total, 5 millions de foyers sont désormais éligibles.

Qui peut en bénéficier ?

La prime d’activité est versée, sous conditions de ressources, aux salariés, fonctionnaires et travailleurs indépendants de plus de 18 ans résidant en France. Les étudiants salariés et apprentis sont éligibles à partir de 932 euros de salaire net. 3,5 millions de foyers en bénéficient actuellement.

Quelles sont les conditions de ressource ?

La prime est versée sous conditions de ressources, en fonction d’un calcul complexe. Seuls les travailleurs qui touchent entre 0,5 Smic (environ 585 euros nets) et 1,5 Smic (environ 1.800 euros nets) sont concernés. Attention, sont également pris en compte les autres ressources éventuelles de votre foyer, comme les aides sociales (APL, prestations familiales, indemnités maladie…), et les salaires perçus par votre conjoint. Sachez également que les seuils précis pour être éligibles dépendent de la situation familiale de chaque foyer.

Quelles sont les démarches ?

Si vous touchez déjà la prime d’activité, il n’y a aucune démarche à effectuer. La prime revalorisée vous sera automatiquement versée le 5 février sur votre compte en banque. Vous devez cependant continuer à déclarer vos ressources en ligne tous les trimestres pour continuer à en bénéficier.

Le versement de la prime d’activité n’est cependant pas automatique. Il faut au préalable faire une simulation sur le site www.caf.fr, ou bien de la MSA (mutualité sociale agricole) si vous dépendez du régime social agricole. Il est nécessaire pour cela de renseigner notamment les salaires ainsi que les prestations sociales perçues lors des trois derniers mois. En cas de réponse positive, vous pouvez faire la démarche sur le site de la CAF, ou auprès des points d’accueil de la CAF ou d’une Maison de services au public.

Après examen de votre dossier, vous recevrez une notification d’attribution de la prime d’activité pour une période de trois mois. Précision importante : il vous faudra ensuite, chaque trimestre, déclarer sur internet l’ensemble de vos ressources, pour une éventuelle réévaluation de la prime d’activité.

Quelles sont les dates à respecter ?

Pour toucher la prime en février, la demande devait être effectuée avant le 31 janvier. Mais le versement n’est pas rétroactif. Pour pouvoir toucher la prime en mars, il vous faudra effectuer vos démarches  avant le 25 février.

Le refus de la fusion d’Alstom avec les activités ferroviaires et de signalisation de Siemens par la Commission européenne

A partir des documents ci-dessous, répondez aux questions suivantes :

1) Quelle fusion a été interdite par la Commission européenne ? Pour quelle raison ?

2) Combien la Commission européenne a-t-elle interdit de fusion en dix ans ? 

3) Quel leader chinois est cité ? Quels éléments de son ampleur sont indiqués ?

Article 1

Extrait Dans une tribune conjointe au « Monde », les ministres allemand et français de l’économie reprochent à la Commission de ne pas défendre une politique industrielle à la hauteur de la puissance technologique de l’Union européenne

Par Bruno Le Maire et Peter Altmaier Publié le 07 février 2019 à 17h30 – Mis à jour le 07 février 2019 à 17h30

Peter Altmaier et Bruno Le Maire le 11 juillet 2018 lors d’une conférence de presse conjointe à Paris. ERIC PIERMONT/AFP

Tribune. L’interdiction de la fusion entre Alstom et les activités ferroviaires de Siemens par la Commission européenne intervient dans une phase cruciale pour la politique industrielle européenne. Elle aura pour conséquence d’empêcher avant longtemps la création d’un champion industriel européen dans le domaine ferroviaire et de la signalisation.

Toutes les grandes régions économiques du monde comme la Chine, le Japon, la Corée et les Etats-Unis se préparent à la concurrence, au plan mondial, dans des secteurs industriels extrêmement importants : le numérique, notamment l’intelligence artificielle, les voitures électriques et les batteries, mais également l’acier, l’aluminium et le secteur ferroviaire. Ce dernier a une très grande importance pour nos économies, en France comme en Allemagne, et donc pour l’Union européenne entière.

De nouveaux champions industriels ont émergé dans le reste du monde avec une rapidité sans précédent : qui aurait pu anticiper l’arrivée de Netflix dans le secteur du cinéma, de Tesla dans le secteur automobile ou de SpaceX dans le spatial ? S’agissant du ferroviaire, l’opérateur chinois CRRC est devenu en quelques années un leader incontesté au niveau mondial, avec 540 trains construits par an quand la France et l’Allemagne n’en produisent que 40, et 29 000 kilomètres de lignes à grande vitesse quand nous en avons à peine 9 000. Du point de vue de la technologie, nous sommes avec nos systèmes ferroviaires en tête de la concurrence mondiale.

Bruno Le Maire (Ministre de l’économie) et Peter Altmaier (Ministre allemande de l’économie)

Document 2

Extrait Article du Journal Le Monde Le veto à la fusion Alstom-Siemens, un électrochoc pour l’Europe

La Commission européenne a, comme c’était prévisible, rejeté le projet de fusion entre Alstom et Siemens. La France veut que les règles de la concurrence soient réécrites pour prendre en compte l’apparition de géants dans les pays émergents. Une remise à plat à laquelle n’est pas opposé Berlin.

Par Cécile Ducourtieux, Cécile Boutelet et Jean-Michel Bezat Publié le 06 février 2019 à 11h52

 

A la Commission, on explique que la commissaire à la concurrence, Margrethe Vestager, a travaillé dans le strict respect des règles européennes. De toute façon, « elle agit sous l’œil de la Cour de justice de l’UE », précise une source bruxelloise : tout écart par rapport aux lois en vigueur risque d’être invalidé par la juridiction luxembourgeoise. Dès juillet 2018, quand la décision fut prise de lancer une « enquête approfondie » sur ce mariage franco-allemand, Mme Vestager disait craindre qu’il ne « réduise la concurrence sur les marchés sur lesquels l’entité issue de la concentration serait présente ».

Dans le matériel roulant, sur le créneau des trains à grande vitesse, la part de marché d’Alstom-Siemens serait « plus de trois fois plus élevée que celle de son concurrent le plus proche » dans l’Espace économique européen et au niveau mondial (à l’exclusion de la Chine, du Japon et de la Corée), prévenait-elle. Même domination écrasante pour la signalisation, ajoutait-elle. L’affaire paraissait alors entendue. En l’absence de ventes d’actifs conséquentes, la fusion avait toutes les chances d’être retoquée. Or, dans leur dernière offre de compromis, il y a dix jours, les deux groupes ont refusé de céder plus de 4 % de leurs actifs cumulés.

 

Extrait JT 20h de France 2 du 10 février 2019

https://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/alstom/alstom-siemens-la-fusion-est-elle-toujours-la-bonne-solution_3184457.html

Carrefour : 227 magasins menacés de fermeture d’ici cet été

https://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/carrefour-des-centaines-de-magasins-menaces-de-fermeture_2761725.html

Extrait du journal de 20h de France 2 du dimanche 20 mai 2018.

Le groupe Carrefour pourrait fermer plusieurs centaines de magasins en France, comme l’a annoncé le président du groupe, Alexandre Bompard.

Des magasins Carrefour de proximité, « City » ou « Contact », pourraient disparaître du coin de la rue. C’est la conséquence d’une cure d’austérité décidée dès janvier par Alexandre Bompard. Arrivé à la tête du groupe Carrefour dès l’été dernier, le PDG a annoncé vouloir se séparer des ex magasins Dia. Aujourd’hui, sur ces 273 Carrefour de proximité, 227 n’ont toujours pas trouvé de repreneur et pourraient fermer cet été. Principales régions concernées : le Nord avec 59 magasins, l’Est avec 46, et le Sud, où 36 Carrefour « City marché » et « Contact » sont menacés.

2 100 emplois menacés

Pour la CGT, la direction veut favoriser ses actionnaires. « Il y a des magasins qui ont peut-être 20 ou 30% de rentabilité, mais ça ne leur suffit pas,explique Philippe Allard. Ils veulent des rentabilités encore plus importantes pour dégager du cash pour les actionnaires. »

De son côté, la direction de Carrefour juge ses magasins pas assez attractifs, mais assure travailler au reclassement des 2 100 salariés menacés de perdre leur emploi : « 76 salariés ont déjà été reclassés en interne et 240 candidatures sont en train d’être étudiées. La direction proposera des offres locales de reclassement aux salariés concernés. » Les magasins menacés de fermeture ont jusqu’au 4 juin pour trouver un repreneur.

Éthiopie : la nouvelle usine de la Chine

https://www.francetvinfo.fr/economie/industrie/ethiopie-la-nouvelle-usine-de-la-chine_2764803.html

Extrait du journal de 20h de France 2 du mardi 22 mai 2018.

Depuis quelques années, la Chine a jeté son dévolu sur l’Éthiopie et fait construire de nombreux sites de production ultra modernes.

On pourrait se croire sur une autoroute à peine sortie de terre. Nous sommes en réalité sur le parc industriel d’Hawassa, en Éthiopie, mis en service il y a un an à peine. Il y a 300 hectares d’usines et au-dessus de la plus grande d’entre elles flottent les drapeaux chinois et éthiopien. L’un des géants chinois du textile a décidé d’installer ici une usine flambant neuve. Toutes les machines sont importées de Chine, plus de 500 employés sont Éthiopiens et quelques dizaines d’expatriés sont Chinois.

Salaire : 30 euros par mois

L’entreprise chinoise est venue chercher une main-d’oeuvre abondante et surtout bon marché. Dans ces usines, le salaire est souvent inférieur à 30 euros par mois, vingt fois moins qu’en Chine. Les entreprises chinoises investissent donc massivement, y compris pour former le personnel. Si l’industrie ne représente encore que 5 % de l’économie éthiopienne, le pays entend créer deux millions d’emplois dans ce secteur d’ici 2025.

Le JT

Reprise économique : Manitou va embaucher 300 personnes en France

https://www.francetvinfo.fr/economie/industrie/reprise-economique-manitou-va-embaucher-300-personnes-en-france_2675732.html

Quel secteur en croissance est cité pour expliquer l’augmentation des commandes réalisées auprès de Manitou ?

Combien atteint la croissance en 2017 ?

La croissance a atteint 2% en 2017. Dans un contexte aussi favorable, les entreprises investissent et achètent des machines. Le groupe français Manitou, numéro un mondial du matériel de manutention, va embaucher 300 personnes en France.