Zoom sur les assistantes des grands patrons

https://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/entreprises-zoom-sur-les-assistantes-des-grands-patrons_1420739.html

Question : Quelle peut être l’utilité de ce club pour ces assistantes de direction de très haut niveau?

Plus que de simples collaboratrices, elles sont les fidèles bras droits de ces dirigeants influents. Pour elles, la loyauté et la confiance comptent plus que les diplômes.

France 2 a rencontré Valérie Catau. À 41 ans, elle est assistante de direction. En réalité, elle est le bras droit du président d’Elior, une entreprise de cinq milliards d’euros de chiffre d’affaires l’année dernière. Il s’agit de l’un des leaders mondiaux de la restauration collective. Depuis 18 ans, l’assistante a suivi son dirigeant dans son ascension. Aujourd’hui, la confiance est totale entre eux. « Elle est quasiment joignable 24 heures sur 24 (…) elle est présente c’est ça qui est très important« , explique Philippe Salle, PDG chez Elior.

L’importance de la confiance

L’assistante est complice pour faire respecter à la minute près l’emploi du temps de son dirigeant. La rançon c’est que comme lui, elle est présente 15 heures par jour à son bureau. « Il n’y a pas de journée type. On sait à quelle heure on arrive, on ne sait pas toujours à quelle heure on repart. Les journées se suivent et se ressemblent jamais« , explique-t-elle. Un travail de l’ombre très bien payé : 80 000 euros bruts par an. Mais ce salaire demande de la discrétion et un culte du secret. La confiance est le seul diplôme exigé pour pouvoir seconder les grands patrons.

Réseaux sociaux : la solution pour trouver un emploi ?

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/recherche-d-emploi/emploi-2-0-et-reseaux-sociaux/reseaux-sociaux-la-solution-pour-trouver-un-emploi_2299831.html

Questions:

  1. Quels réseaux numériques sont cités dans le reportage ? Quels autres réseaux sociaux numériques professionnels connaissez-vous ? Quels avantages apportent ces réseaux aux individus et aux entreprises ?
  2. Selon vous, quels sont les autres ressources et réseaux mobilisables pour trouver un emploi ?

 

Le marché de l’emploi passe aussi par les réseaux sociaux. Le phénomène prend de l’ampleur. Un tiers des demandeurs y ont recours, tout comme les recruteurs. On y trouve des milliers d’offres. Le ciblage des profils serait plus précis.

Facebook, Instagram, Twitter, les réseaux sociaux sont un réflexe pour plus de 33 millions de Français. Mais plus qu’un loisir, c’est aujourd’hui un outil de recrutement. Une dizaine d’applications est devenue une mine d’or pour 30% des demandeurs d’emploi. C’est le cas de Romain de Camas, coach en entreprise au chômage depuis presque un an. Il passe une heure par jour devant l’écran à scruter les offres d’emploi sur toutes les pages des réseaux sociaux. « J’ai fait 42 candidatures, j’ai eu sept offres d’emploi enregistrées, donc j’ai pu rencontrer les entreprises. Et j’ai eu une proposition ferme », raconte-t-il. Le point fort de ces sites selon lui, la facilité d’utilisation.

Des offres pour tous les goûts

Joindre son CV et postuler en quelques clics. Des annonces par centaines sur tous les réseaux. Consultants, magasiniers, consultants, un recrutement 2.0 qui séduit les chômeurs, mais aussi les employeurs comme cette banque en ligne. Des CDI à portée de clics. Ces annonces, l’entreprise les a postées gratuitement sur Twitter ou encore sur Facebook.