Terminale La croissance économique est-elle compatible avec la préservation de l’environnement

PÉTROLE : LES RECORDS DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION D’OR NOIR EXPLOSENT

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/petrole-les-records-de-production-et-de-consommation-d-or-noir-explosent_2944979.html

  1. Comment évoluent la production et les prix du pétrole ?
  2. Quels sont les facteurs qui expliquent cette évolution, du côté de l’offre et du côté de la demande?
  3. Le pétrole demeure-t-il un élément indispensable à la croissance économique ?
  4. Faut-il continuer à augmenter la production de pétrole et de gaz de schiste ?

France inter le 7 / 9 du mercredi matin 27 février 2019

https://www.franceinter.fr/emissions/journal-de-7h/journal-de-7h-27-fevrier-2019

Tout début de l’émission de radio puis de 1 min 35 à 3 min 25.

  1. Quelles mesures sont prises par les autorités pour lutter contre la pollution aux particules fines ce mercredi 27 février 2019?
  2. Que sont les vignettes crit’air ?
  3. L’obligation d’acheter des vignettes crit’air et l’interdiction de circulation en Ile de France et à Lille des véhicules trop polluants correspond à une politique de réglementation ou de taxation ?

 


Les vignettes crit’air

https://www.franceinter.fr/environnement/pollution-les-reponses-aux-questions-que-l-on-se-pose-tous-sur-les-vignettes-crit-air

 

Quand l’échec à un concours hante toute une vie

https://www.lemonde.fr/campus/article/2019/02/06/quand-l-echec-a-un-concours-hante-toute-une-vie_5419752_4401467.html?fbclid=IwAR0LjtE73dm_TpYurM6yk595ZrEryZSzXS61vwJK0EnRJFqt8B2Y5X9SGtE

Recalés à un examen, ils ressassent longtemps l’expérience douloureuse. Récits des illusions perdues.

Par Alice Raybaud Publié le 06 février 2019 à 06h00 – Mis à jour le 06 février 2019 à 06h00

Temps de Lecture 8 min.

Plus qu’un simple échec scolaire, rater un concours peut être vécu comme un événement traumatisant pour les candidats.
Plus qu’un simple échec scolaire, rater un concours peut être vécu comme un événement traumatisant pour les candidats. XAVIER LISSILLOUR

La boule au ventre, il pénètre dans l’immense salle où des centaines de chaises sont alignées au cordeau. Il s’assied, les mains moites. L’heure fatidique a sonné : il va découvrir les sujets du concours si longtemps préparé. Soudain, un tourbillon d’angoisse : aurait-il oublié de réviser une partie du programme ?

Lire aussi  L’épopée des concours d’entrée des grandes écoles

Sur cette sensation de vertige, Laurent se réveille, en nage. Ces cauchemars resurgissent presque chaque été, quand, dans la chaleur des vacances, ses déceptions passées en profitent pour refaire surface. A presque 60 ans, Laurent est encore assailli par la piqûre de son premier échec, survenu plus de trente années plus tôt, au capes d’histoire-géographie. Qu’il ait été reçu l’année suivante à ce concours n’y change rien : la blessure est toujours vive.

Le nom sur la liste

Comme ce professeur, de nombreuses personnes ont répondu à l’appel à témoignage du Monde, pour raconter leur difficile rebond après avoir échoué à un concours important. Des déçus de tous âges, qui disent beaucoup de la passion française pour ce mode de sélection et de son poids symbolique pour les candidats et leur entourage.

« La liste des admis est essentielle dans le récit du concours, car elle matérialise le classement et la catégorisation. C’est pourquoi elle peut être si violente. » Annabelle Allouch, sociologue

Treize ans furent nécessaires à Stéphane pour surmonter son double échec à l’agrégation d’anglais. Il fallut quinze années à Nathalie pour « oser passer un autre concours » après avoir été recalée au capes. Car, plus qu’un simple échec scolaire, rater un concours peut être vécu comme un événement traumatisant pour les candidats qui « l’investissent comme un moment-clé dans leur trajectoire d’individu », indique Annabelle Allouch, maîtresse de conférences en sociologie à l’université de Picardie-Jules-Verne, auteure de La Société du concours (Seuil, 2017).

Laurent se souvient encore de ce moment où il n’a pas trouvé son nom sur la liste du capes. « Ce fut une des pires expériences qui me soient arrivées, avoue-t-il. Ce n’était même plus être rayé d’une liste, c’était comme ne plus exister. » Les mots sont forts, comme le sentiment qui le submerge alors.

Cette vive émotion ressentie par les candidats – qu’ils soient reçus ou non – s’explique, selon Annabelle Allouch, par la valeur symbolique que revêt la liste des admis : « Elle peut sembler dérisoire : c’est un bout de papier imprimé. Mais elle est essentielle dans le récit du concours, car elle matérialise le classement et la catégorisation. C’est pourquoi elle peut être si violente. » Derrière cette liste se cache l’enjeu de l’accession – ou non – à un certain statut social, se jouant parfois au demi-point près entre le dernier admis et le premier recalé. Pour la sociologue, cette sentence de la note, et la croyance en sa valeur, s’apprennent et sont intériorisées dès le plus jeune âge et tout au long du parcours scolaire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  En finir avec l’obsession du concours

Peur de décevoir

C’est bien sa « note catastrophique » que Hugo, 19 ans, a eu du mal à digérer. En juillet 2018, le jeune homme apprend qu’il est recalé au concours commun des instituts d’études politiques (IEP), avec 5,4 de moyenne.

« J’avais peu confiance en moi et en mes chances de réussites, mais sanctionner plusieurs mois d’effort par une telle note, cela m’a laissé une grosse blessure », reconnaît-il. En septembre, l’étudiant lyonnais se résigne à se rendre en fac de droit, où il se surprend à se passionner pour les cours et à obtenir des résultats excellents. « Je savoure chaque semaine le fait que le travail paie. Mais reste en suspens une question qui a fait son chemin : est-ce que je vaux vraiment 5,4/20 ? »

« Quand je n’ai pas vu mon nom sur la liste des reçus, mon cœur s’est arrêté. Et puis, il a fallu rentrer, le dire aux parents, à la famille… Annoncer que vous êtes une ratée. » Gwenola, 30 ans

« On a fait du concours un jugement sur l’individu dans sa totalité, notamment par le biais des oraux qui évaluent la personnalité du candidat », souligne Annabelle Allouch, qui rappelle pourtant que cette épreuve scolaire est régie par « des déterminismes et des critères formulés au préalable sur lesquels le candidat a peu de prise ».

Mais si le jugement est dur pour soi, il peut parfois l’être plus encore lorsqu’il s’agit de l’annoncer à son entourage. « Quand je n’ai pas vu mon nom sur la liste des reçus en deuxième année de médecine, mon cœur s’est arrêté. Et puis, il a fallu rentrer, le dire aux parents, à la famille… Annoncer que vous êtes une ratée », résume Gwenola, 30 ans.

Cette expérience revient régulièrement dans le cabinet de consultation de Christophe Ferveur, psychologue au Relais Etudiants Lycéens de Paris (13e) et président du Réseau de soins psychiatriques et psychologiques pour les étudiants. « La passion est souvent d’abord celle des parents, qui projettent leurs propres attentes sur leur enfant et attendent près du combiné avec impatience qu’il leur annonce les résultats », observe-t-il.

La peur de décevoir – autant son cercle familial que son entourage moins proche – vient renforcer la pénibilité de l’échec et l’atteinte de l’estime de soi.

Renoncer à une ambition profonde

D’autant que, parfois, l’échec implique de renoncer net à une ambition profonde.« Médecin, c’était le métier de mes rêves », commence Pauline, étudiante de 24 ans. La jeune fille s’était préparée d’arrache-pied au concours de la première année commune aux études de santé (Paces). Au premier passage, elle rate à cinq places près, au second, à trois places seulement. Face à l’impossibilité de se présenter une troisième fois au concours, elle se dirige, contre son gré, vers un cursus de chimie. Elle l’affirme sans détour : « Il n’y a pas un jour où je n’y pense pas. Pas un jour où je ne me dis pas que je ne suis pas à ma place. »

« Mon père, issu d’un milieu populaire, s’en était sorti grâce [aux concours]. Depuis ce jour, ce type de sélection est devenu la solution la plus sûre à ses yeux. » Elsa, 36 ans

Ne pas avoir réussi à décrocher sa place : tel est le sentiment de beaucoup de candidats déçus. Et s’ils parviennent, par des voies détournées, à atteindre le métier qu’ils convoitaient sans passer par les grandes écoles qu’ils avaient alors tentées (Sciences Po, ENA…), certains conservent malgré tout une grande gêne à évoquer leur échec.

« Le statut auquel l’individu accède par un concours incarne une légitimité tellement forte qu’il a un impact sur toute une vie, de la même manière qu’un titre aristocratique classique, analyse Annabelle Allouch. Plus ce concours est prestigieux, plus on pourra s’en prévaloir dans tous les domaines de la vie, y compris dans le domaine familial ou amoureux. »

Si le concours est considéré comme un sésame, dans une société qui loue l’ascension par le diplôme, l’échec devient d’autant plus angoissant pour les candidats issus d’un milieu modeste. « Je me suis sentie condamnée à ne pas monter dans l’échelle sociale », confie Lauriane, 22 ans, qui a échoué en 2018 au capes d’histoire-géographie. De ce concours, il ne reste plus, à l’étudiante en reconversion, qu’une « grande désillusion ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  « Faut-il créer des concours plus justes socialement ou se débarrasser du concours lui-même ? »

« J’ai eu l’impression que j’allais mourir »

« Dans ma famille, sans concours, pas de salut, prophétise à son tour Elsa, réalisatrice de films de 36 ans. Mon père, issu d’un milieu populaire, s’en était sorti grâce à euxIl a réussi l’ENA et, depuis ce jour, ce type de sélection est devenu la solution la plus sûre à ses yeux. »

Lorsque, à l’issue de sa prépa à Janson-de-Sailly (Paris 16e) puis à Henri-IV (Paris 5e), elle dit à son père qu’elle veut faire du cinéma, celui-ci fait la grimace. Mais il se rassure vite quand elle lui donne son objectif : intégrer la Fémis, accessible… sur concours.

La première année, Elsa passe sans problème l’écrit – qui favorise les connaissances littéraires –, mais se décompose lors de l’épreuve orale. « Au bout de cinq minutes, le président du jury m’a dit : “Il ne nous reste que quelques minutes et vous ne nous avez toujours pas convaincus.” Je me suis sentie attaquée. »

Peu rodée aux techniques de déstabilisation, fréquentes dans ce type d’oraux, la jeune femme de 20 ans perd ses moyens. Quelques jours plus tard, le résultat négatif tombe comme un couperet. « C’était dramatique, j’ai eu l’impression que j’allais mourir, se remémore-t-elle. Et puis mes parents se sont mis à douter de mon projet… »

Elsa retente malgré tout plusieurs fois sa chance, sans jamais plus passer le premier tour. Une grande angoisse saisit alors la passionnée de cinéma, née dans une famille qui croit en l’ascension par le mérite et par l’école.

Société méritocratique

Cette foi dans le concours participe d’une facette essentielle du récit républicain qui l’entoure, selon Annabelle Allouch. « Il existe toute une narration de la réussite sociale qui passe par la réussite scolaire inespérée. Il est, par exemple, très valorisant de faire valoir son ascension dans la hiérarchie sociale grâce à l’école en insistant sur ses origines modestes. Jusqu’à, pour certaines personnalités publiques, un peu les romancer… »

Ces histoires de réussites par l’école – et surtout par les grandes écoles – ont beaucoup de poids symbolique dans une société méritocratique où l’échec devient d’autant plus dur qu’on tend à le considérer comme étant de notre entière responsabilité. Pourtant, de nombreux chercheurs rappellent que l’admission dans les grandes écoles est encore grandement déterminée par l’origine sociale des candidats.

« Mon échec à Sciences Po s’avère plus formateur que certaines de mes réussites. » Une étudiante lyonnaise de 18 ans

Le récit romancé des « concours manqués » et des occasions perdues trouve aussi sa place dans cette mythologie républicaine. Evoquant ses deux échecs successifs à l’entrée de l’Ecole normale supérieure alors qu’il était en khâgne, Emmanuel Macron rétorque, dans L’Obs, à Jérôme Garcin : « J’étais trop amoureux pour préparer sérieusement le concours. »

La déception peut aussi se muer en désir de revanche : « Mon échec à Sciences Po s’avère plus formateur que certaines de mes réussites », assure une Lyonnaise de 18 ans, qui dit avoir appris à dépasser ses limites. « Mon échec m’a donné les moyens de réussir autrement », soutient un étudiant qui, après avoir raté sa Paces, s’est rendu en Allemagne pour suivre des études de kinésithérapeute.

Lire aussi  Les concours, une tradition française faussement méritocratique

Elsa, elle aussi, a réussi à se frayer une route par des chemins de traverse. Sa caméra sur son épaule, elle s’est lancée dans la réalisation de films en autodidacte. « Depuis que j’ai réalisé mon premier long-métrage, je suis en paix », raconte la jeune femme, qui a, malgré tout, ruminé son échec pendant dix années. Et avoue, encore, un brin de regret.

Alice Raybaud

Le refus de la fusion d’Alstom avec les activités ferroviaires et de signalisation de Siemens par la Commission européenne

A partir des documents ci-dessous, répondez aux questions suivantes :

1) Quelle fusion a été interdite par la Commission européenne ? Pour quelle raison ?

2) Combien la Commission européenne a-t-elle interdit de fusion en dix ans ? 

3) Quel leader chinois est cité ? Quels éléments de son ampleur sont indiqués ?

Article 1

Extrait Dans une tribune conjointe au « Monde », les ministres allemand et français de l’économie reprochent à la Commission de ne pas défendre une politique industrielle à la hauteur de la puissance technologique de l’Union européenne

Par Bruno Le Maire et Peter Altmaier Publié le 07 février 2019 à 17h30 – Mis à jour le 07 février 2019 à 17h30

Peter Altmaier et Bruno Le Maire le 11 juillet 2018 lors d’une conférence de presse conjointe à Paris. ERIC PIERMONT/AFP

Tribune. L’interdiction de la fusion entre Alstom et les activités ferroviaires de Siemens par la Commission européenne intervient dans une phase cruciale pour la politique industrielle européenne. Elle aura pour conséquence d’empêcher avant longtemps la création d’un champion industriel européen dans le domaine ferroviaire et de la signalisation.

Toutes les grandes régions économiques du monde comme la Chine, le Japon, la Corée et les Etats-Unis se préparent à la concurrence, au plan mondial, dans des secteurs industriels extrêmement importants : le numérique, notamment l’intelligence artificielle, les voitures électriques et les batteries, mais également l’acier, l’aluminium et le secteur ferroviaire. Ce dernier a une très grande importance pour nos économies, en France comme en Allemagne, et donc pour l’Union européenne entière.

De nouveaux champions industriels ont émergé dans le reste du monde avec une rapidité sans précédent : qui aurait pu anticiper l’arrivée de Netflix dans le secteur du cinéma, de Tesla dans le secteur automobile ou de SpaceX dans le spatial ? S’agissant du ferroviaire, l’opérateur chinois CRRC est devenu en quelques années un leader incontesté au niveau mondial, avec 540 trains construits par an quand la France et l’Allemagne n’en produisent que 40, et 29 000 kilomètres de lignes à grande vitesse quand nous en avons à peine 9 000. Du point de vue de la technologie, nous sommes avec nos systèmes ferroviaires en tête de la concurrence mondiale.

Bruno Le Maire (Ministre de l’économie) et Peter Altmaier (Ministre allemande de l’économie)

Document 2

Extrait Article du Journal Le Monde Le veto à la fusion Alstom-Siemens, un électrochoc pour l’Europe

La Commission européenne a, comme c’était prévisible, rejeté le projet de fusion entre Alstom et Siemens. La France veut que les règles de la concurrence soient réécrites pour prendre en compte l’apparition de géants dans les pays émergents. Une remise à plat à laquelle n’est pas opposé Berlin.

Par Cécile Ducourtieux, Cécile Boutelet et Jean-Michel Bezat Publié le 06 février 2019 à 11h52

 

A la Commission, on explique que la commissaire à la concurrence, Margrethe Vestager, a travaillé dans le strict respect des règles européennes. De toute façon, « elle agit sous l’œil de la Cour de justice de l’UE », précise une source bruxelloise : tout écart par rapport aux lois en vigueur risque d’être invalidé par la juridiction luxembourgeoise. Dès juillet 2018, quand la décision fut prise de lancer une « enquête approfondie » sur ce mariage franco-allemand, Mme Vestager disait craindre qu’il ne « réduise la concurrence sur les marchés sur lesquels l’entité issue de la concentration serait présente ».

Dans le matériel roulant, sur le créneau des trains à grande vitesse, la part de marché d’Alstom-Siemens serait « plus de trois fois plus élevée que celle de son concurrent le plus proche » dans l’Espace économique européen et au niveau mondial (à l’exclusion de la Chine, du Japon et de la Corée), prévenait-elle. Même domination écrasante pour la signalisation, ajoutait-elle. L’affaire paraissait alors entendue. En l’absence de ventes d’actifs conséquentes, la fusion avait toutes les chances d’être retoquée. Or, dans leur dernière offre de compromis, il y a dix jours, les deux groupes ont refusé de céder plus de 4 % de leurs actifs cumulés.

 

Extrait JT 20h de France 2 du 10 février 2019

https://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/alstom/alstom-siemens-la-fusion-est-elle-toujours-la-bonne-solution_3184457.html

Pratiques anticoncurrentielles : l’Union européenne ouvre une enquête contre BMW, Daimler et Volkswagen

https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/09/18/pratiques-anticoncurrentielles-l-union-europeenne-ouvre-une-enquete-contre-bmw-daimler-et-volkswagen_5356809_3214.html?xtmc=entente_entre_entreprises_union_europeenne&xtcr=6

Les trois constructeurs automobiles sont soupçonnés de s’être entendus pour éviter de se concurrencer sur les technologies réduisant les émissions polluantes.

Le Monde avec AFP Publié le 18 septembre 2018 à 15h33 – Mis à jour le 18 septembre 2018 à 17h01

 

L’Union européenne (UE) a ouvert mardi 18 septembre une enquête contre BMW, Daimler et Volkswagen qui se seraient entendus pour éviter de se faire concurrence sur les technologies réduisant les émissions polluantes, trois ans après l’éclatement du scandale du Dieselgate. Déjà mise à mal par le vaste trucage de onze millions de véhicules diesel par Volkswagen, révélé en septembre 2015, l’industrie allemande doit répondre à de nouvelles accusations, qui pourraient de nouveau être extrêmement coûteuses pour ses finances et son image.Cette affaire avait déjà fait les gros titres à l’été 2017, révélée par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, et la Commission européenne avait annoncé en octobre de la même année avoir effectué des inspections concernant ce cartel impliquant cinq constructeurs (BMW, Daimler, Volkswagen, ainsi que Audi et Porsche, filiales de Volkswagen).Concrètement, la Commission cherche à savoir si le « cercle des cinq » aurait participé à des réunions où les groupes se seraient entendus en secret pour éviter toute concurrence sur le développement et le déploiement de technologies permettant de limiter les émissions nocives des gaz d’échappement des voitures.

Daimler, témoin principal

« Si elle est avérée, cette collusion a peut-être privé les consommateurs de la possibilité d’acheter des voitures moins polluantes, alors que la technologie était à la disposition des constructeurs », a déclaré la commissaire européenne chargée de la concurrence, Margrethe Vestager. Les trois constructeurs, Volkswagen, BMW et Daimler, ont assuré auprès de l’Agence France-Presse coopérer avec les autorités.

Daimler, fabricant des voitures Mercedes Benz, qui a le premier avoué l’existence de cette vaste entente entre les constructeurs allemands afin de bénéficier de la clémence des autorités de la concurrence, a demandé à être entendu en tant que « témoin principal », a déclaré un porte-parole du groupe.

BMW a de son côté « affirmé son entier attachement aux principes du libre marché et de la concurrence loyale », ajoutant que « le groupe étudiait les accusations ». Volkswagen a estimé de son côté que l’ouverture de l’enquête ne représentait qu’une « étape procédurale » entièrement « attendue » par le groupe, ajoutant, à l’unisson avec BMW et Daimler, qu’il ne s’agissait pas d’un avis final.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Cartel de l’automobile : Volkswagen dans le déni

BMW a noté aussi que l’enquête n’était pas liée à l’utilisation de logiciels capables de fausser le niveau d’émissions. Daimler a relevé qu’il n’y avait pas d’accusation d’entente sur les prix, tandis que Volkswagen a pointé le fait que l’enquête concernait « uniquement le domaine des émissions ».

Dans son communiqué, la Commission européenne, gardienne de la concurrence dans l’UE, note que lors de ces réunions du « cercle des cinq », de nombreux autres sujets techniques ont été évoqués, comme les exigences de qualité communes pour les pièces détachées, ou la vitesse maximale à laquelle le toit des voitures décapotables peut s’ouvrir ou se fermer. A ce stade toutefois, l’exécutif européen dit « ne pas disposer d’éléments suffisants indiquant que ces discussions [sur ces autres sujets] constituaient un comportement anticoncurrentiel ».

Lourdes amendes

La Commission peut infliger de lourdes amendes aux entreprises qui s’entendent entre elles au détriment de la concurrence et des consommateurs, le record ayant été atteint le 19 juillet 2016. L’UE avait alors infligé une amende de 2,93 milliards d’euros à quatre fabricants européens de camions, accusés de s’être entendus pendant quatorze ans sur les prix de vente de leurs poids lourds.

Aucune disposition légale ne prévoit de date limite à une enquête pour cartel. La durée de l’investigation dépend de divers éléments, dont la complexité de l’affaire, le degré de coopération des entreprises en cause avec la Commission et l’exercice des droits de défense.

« A l’occasion du troisième anniversaire du “dieselgate”, cette nouvelle enquête sur la collusion entre constructeurs automobiles allemands pour retarder l’installation de systèmes de contrôle des émissions nous rappelle à point nommé que l’industrie automobile allemande fait passer les profits avant les gens et la loi », a asséné Greg Archer, de l’ONG T & E.

L’ouverture de cette enquête laissait de marbre la Bourse de Francfort à 11 heures, Volkswagen s’appréciant de 3,38 % à 150,05 euros, Daimler de 1,10 % à 56,02 euros et BMW de 0,80 % 83,20 euros dans un DAX en progression de 0,34 %.