Les cours du pétrole fin 2017 (exposé mars 2018)

Les cours du pétrole ont connu une forte augmentation fin 2017. Ainsi, après avoir atteint un point bas à 30$ le baril de Brent (pétrole de la Mer du Nord) en février 2016, le cours du baril de Brent atteignait 62$ en novembre 2017.

Afin de mieux saisir les évolutions actuelles du prix du pétrole et ce qui pourrait advenir demain, il est intéressant d’observer les précédents historiques et la manière dont ils se sont dénoués.

Depuis 1970, on dénombre seulement trois épisodes au cours desquels, le prix du brut a chuté brutalement de 40% et plus :

– le contre-choc pétrolier du milieu des années quatre-vingt où, suite à la surproduction consécutive à l’envolée des prix de 1973 (guerre du Kippour) et 1979 (révolution iranienne), les prix du baril s’étaient effondrés de 72% passant de 30,75 dollars le 25 novembre 1985 à 8,75 dollars le 22 juillet 1986,

– la première guerre du Golfe avec -59% du pic au creux (41,90 dollars le 11 octobre 1990, 17,15 dollars le 22 février 1991),

– et la crise des subprimes, jointe à la faillite de Lehman Brothers, avec -76% du pic au creux (145,61 dollars le 11 juillet 2008 à 34,58 dollars le 26 décembre 2008).

En revanche, après que les cours du baril ont touché leurs plus bas, le comportement du secteur a été très différent, selon la nature de la crise :

– ainsi, six mois après le contre-choc pétrolier de 1985-1986, les cours du brut avaient doublé (+111% du 22 juillet 86 au 22 janvier 87),

– par contre, six mois après la première guerre du Golfe, le rebond fut plus ténu (+15%),

  1. Les causes de l’augmentation des cours du pétrole

Une extraction pétrolière moins importante

Pour maintenir la production à son niveau actuel, les compagnies pétrolières doivent investir considérablement chaque année, de l’ordre de 630 milliards de dollars par an selon l’Agence internationale de l’énergie (AEI). Or, en 2015, elles ont investi 450 milliards de dollars, moins de 400 milliards en 2016 et les montants investis en 2017 sont estimés à 450 milliards de dollars.

Selon l’AEI, «la production de pétrole devrait donc baisser en 2018, ce qui provoquerait une augmentation du prix du baril qui pourrait très facilement remonter autour de 65-70 dollars fin 2018, début 2019 et se diriger vers les 80-90 dollars ensuite ».

Les pays pétroliers souhaitent voir les cours augmenter car la chute des cours du depuis fin 2015 a entraîné une chute des revenus pétroliers des pays producteurs. C’est pays ont donc décidé de prendre des mesures pour soutenir les cours :

L’accord de Vienne réalisé à l’initiative des pays de l’OPEP, a été signé le 30 novembre 2016 entre les pays membres de L’OPEP et les pays non membres, notamment la Russie. Les treize membres du cartel et Moscou se sont entendus pour réduire leur production de 1,2 million de barils par jour du 1er janvier au 30 juin 2017. Une décision qui a rassuré les marchés et fait remonter le prix du baril.

La baisse des cours du pétrole depuis 2015 avait été voulue par les pays producteurs, notamment par l’Arabie Saoudite, car les cours élevés avaient entraîné une plus grande utilisation des énergies alternatives, notamment, le gaz de schiste produit aux États-Unis. Mais, la faiblesse des cours s’est traduit par une chute des revenus trop importante pour les pays producteurs

 

Les causes qui tiennent à la demande : la demande de pétrole a augmenté, notamment la demande de la Chine.

  1. Les conséquences de l’augmentation des cours du pétrole

La baisse des cours du pétrole depuis fin 2015 jusqu’au premier semestre de 2017 a eu des effets favorables sur l’économie française selon le Ministère de l’Economie et des Finances, permettant une diminution des coûts de production des entreprises et une hausse du pouvoir d’achat des ménages.

Par contre, la hausse récente des cours, cours qui restent en dessous de leur niveau de 2015, pourrait augmenter les coûts des entreprises et avoir un impact négatif sur l’activité économique.

Par exemple, le prix de l’essence a augmenté, il est de 1,46 € le litre en janvier 2018, niveau record depuis plusieurs années. Le diesel atteint aussi un très haut niveau à 1,278 € le litre en janvier 2018. Ces hausses sont liées à l’augmentation du prix du pétrole ainsi que l’augmentation des taxes sur l’essence et sur le diesel.

  • Des effets positifs sur l’environnement

La hausse des cours du pétrole, devrait avoir un effet positif sur l’environnement en incitant les entreprises à faire des recherches sur les énergies propres.

On souligne l’engagement pris par Nicolas Hulot d’interdire la vente de voitures diesel et essence d’ici 2040 (on est loin d’être les seuls, la Norvège a fixé la même échéance à 2025, l’Inde à 2030, les Pays-Bas à 2035).

Sources :

Challenges.fr : https://www.challenges.fr/entreprise/energie/petrole-a-60-dollars-le-prix-du-baril-va-t-il-s-envoler-d-ici-la-fin-de-l-annee_509966

Capital.fr : https://www.challenges.fr/entreprise/energie/petrole-a-60-dollars-le-prix-du-baril-va-t-il-s-envoler-d-ici-la-fin-de-l-annee_509966

Les Echos : https://www.lesechos.fr/02/11/2017/lesechos.fr/030817424718_le-prix-du-petrole-franchit-la-barre-symbolique-de-60-dollars.htm

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s