L’emploi des femmes en France (exposé mai 2016)

 

 

Sources :

lesmetiers.net

Wikipédia

Insee

Travail-emploi.gouv.fr

 

Le taux d’emploi d’une classe d’individus est calculé en rapportant le nombre d’individus de la classe ayant un emploi au nombre total d’individus de la classe. Il peut être calculé sur l’ensemble de la population d’un pays, mais on se limite le plus souvent à la population en âge de travailler. (D’après INSEE et Wikipedia).

 

Quelques dates importantes :

Après un long combat, les femmes obtiennent le 21 avril 1944 le droit de vote par ordonnance.

En 1965, réforme du régime matrimonial de 1804 : la femme peut gérer ses biens, ouvrir un compte en banque, exercer une profession sans l’autorisation de son mari.

 

Aujourd’hui, si dans les textes, les femmes ont les mêmes droits que les hommes, dans la réalité bien des inégalités subsistent : elles occupent encore majoritairement les emplois les moins bien payés, elles sont, plus que les hommes, victimes du chômage et de la précarité, et elles sont encore aujourd’hui, plutôt écartées du pouvoir dans les partis politiques ou au Sénat…

 

En France, en 2014, 12 319 000 femmes âgées de 15 à 64 ans ont un emploi, soit 60,9% de l’ensemble des femmes âgées de 15 à 64 ans tandis que 13 224 000 d’hommes âgés de 15 à 64 ans ont un emploi, soit 67,7% de l’ensemble des hommes âgés de 15 à 64 ans. On observe donc qu’en France, en 2014, les hommes ont plus de facilités à trouver un emploi que les femmes selon l’Insee.

 

Début 2015, les femmes affichent un taux de chômage inférieur à celui des hommes, à 9,7% (un chiffre en hausse de 0.3 point sur un trimestre) contre 10,1% pour les hommes.

 

Des concentrations d’hommes et de femmes dans certains secteurs d’activités :

Les femmes se concentrent dans certaines catégories de métiers : par exemple, elles sont nombreuses dans les métiers d’aides à domicile et d’assistantes maternelles, d’agents d’entretien ou d’enseignants.

La répartition des hommes dans les différents secteurs d’activités est plus dispersée.

Cette différence de concentration entre les hommes et les femmes peut s’expliquer en partie parce que les hommes sont plus nombreux que les femmes dans l’industrie, tandis que les femmes sont beaucoup plus présentes dans les métiers de services.

Au sein de la fonction publique, 61% des agents sont des femmes.

Dans le secteur privé (tout secteurs confondus), le temps partiel concerne surtout les femmes : 82% des salariés à temps partiel sont des femmes et 31% des femmes salariées sont à temps partiel (contre 7% des hommes) selon une étude publiée en 2013. Les femmes sont particulièrement à temps partiel quand elles ont des enfants à charge (plus de 45% des femmes salariées ayant au moins 3 enfants travaillent à temps partiel).

Des salaires moins élevés :

Les écarts de salaire entre les femmes et les hommes reflètent particulièrement des inégalités entre les sexes dans le monde du travail. En dépit de la loi du 23 mars 2006 sur l’égalité salariale, le salaire des hommes reste en effet supérieur en moyenne de 24% à celui des femmes, selon l’Insee en 2012.

Quelque soit le secteur d’activité, les écarts de salaire entre les hommes et les femmes sont les plus importants parmi les cadres. Les femmes cadres gagnent 21,8% de moins que les hommes dans le secteur privé. Elles représentent 39% de l’emploi cadre.

Cette inégalité des chances pour les femmes dans l’accès aux postes les plus élevés témoigne de l’existence d’un véritable « plafond de verre » à la fois invisible et très difficilement franchissable.

La majorité des femmes n’arrêtent pas de travailler lorsqu’elles ont des enfants. C’est entre 25 et 49 ans que leur taux d’activité augmente d’ailleurs le plus. Dans le cadre de leur travail, les femmes sont souvent exposées à la précarité, aux bas salaires, au chômage de longue durée, aux risques psychosociaux et aux agressions physiques ou verbales.

Une diminution des inégalités :

Toutefois, en 5 ans, la proportion de femmes a doublé dans les conseils d’administration des entreprises grâce à la loi Copé-Zimmerman visant 40% des femmes dirigeantes d’ici 2017.

Moins d’un tiers des femmes sont aujourd’hui créatrices d’entreprises, mais cette proportion tend à augmenter. Lorsqu’elles se lancent dans le monde du travail, les femmes le font avec un niveau de diplôme plus élevé que celui des hommes, mais avec moins d’expériences professionnelles. On observe que les femmes sont généralement plutôt attirées par les métiers du secteur tertiaire, notamment le commerce et les services aux particuliers.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s