Le gaz de schiste (exposé février 2015)

 

Sources : Wikipedia , Green Peace

Introduction : Qu’est-ce que le gaz de schiste ?

Le gaz de schiste est un gaz naturel. Contrairement au gaz naturel conventionnel qui est retenu dans une roche perméable permettant une exploitation facile, le gaz de schiste est piégé dans les porosités d’une roche argileuse imperméable.

L’extraction du gaz de schiste, particulièrement difficile, nécessite le recours systématique aux techniques combinées du forage dirigé et de la fracturation hydraulique à grands volumes particulièrement coûteuses.

Cette dernière consiste à créer des micro-fractures dans la roche grâce à l’injection d’eau à haute pression et contenant des additifs variés.

Comparé à l’extraction d’hydrocarbures conventionnels, il faut forer plus et donc multiplier les puits. Il faut en général trois mois pour extraire un maximum de gaz.

 

L’exploitation à grande échelle du gaz de schiste a démarré au cours des années 2000, notamment aux Etats-Unis, lorsque le prix des hydrocarbures est devenu trop élevé en contexte de crise économique. C’est aussi un enjeu économique essentiel parce que le besoin et la consommation des hydrocarbures ne cessent d’augmenter alors que ce sont des ressources épuisables. Ainsi, l’exploitation du gaz de schiste au Dakota du Nord et au Canada a permis de relancer l’économie de ces régions rapidement. Néanmoins, cette rentabilité économique à court terme finira par être un gouffre économique : d’une part, parce que c’est une ressource épuisable, et, d’autre part, parce que c’est une technique extrêmement coûteuse.

Selon «The U.S Energy Information Administration», les réserves dans le monde sont estimées en 2013 à 32% des réserves totales de gaz naturel et 10% des réserves totales de pétrole. Les réserves de gaz de schiste sont réparties sur tous les continents mais la Chine, l’Argentine, l’Algérie et les États-Unis en sont dans cet ordre les plus gros détenteurs. L’exploitation massive par ces pays pourrait redessiner la carte géopolitique du monde. Par exemple, l’augmentation de la production de gaz de schiste aux États-Unis et au Canada a entraîné la baisse du prix du gaz réduisant le monopole de la Russie concernant l’exportation de gaz naturel vers l’Europe.

Finalement, les intérêts économiques, incertains par ailleurs, se confrontent à des questions écologiques qui soulèvent nombre de débats qui opposent les citoyens aux grandes entreprises voire aux lobbys. Les problèmes environnementaux associés à l’extraction du gaz de schiste sont notamment l’utilisation intensive et la pollution des réserves d’eau ainsi que l’émission de gaz à effet de serre et les risques sismiques. Par exemple, le journal local de l’Oklahoma a recensé en 2014 564 tremblements de terre dont 19 d’une magnitude d’au moins 4 sur l’échelle de Richter.  Concernant la pollution de l’eau, dans plusieurs villes canadiennes situées près de puits, la présence de toxines dans l’eau responsables de la disparition de la faune sauvage ainsi que d’une montée de cas de cancer a été avérée.

Pour conclure, l’extraction du gaz de schiste est un sujet complexe et varié aux multiples enjeux : techniques, économiques, mondiaux, géopolitiques, juridiques, écologiques dont il se faut se saisir en tant que citoyen.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s